Mes souvenirs remontent à mes 8 ans a peu pres. J'ai toujours été bien dodue, et je me souviens toujours de ce "gros" ventre qui me faisait tant plaisir parce que l'on aurait dit que j'étais enceinte... (Peut-être une envie de grandir trop vite...qui sait! Je n'ai pas la réponse pour le moment...) Ca mamuse au debut, mais plus les mois passent plus je complexe en fait, chose qui arrive a beaucoup de monde, un complexe, on en a tous un.. Mais le mien est plus fort qu'un simple complexe... le mien me fait pleurer deja...

Mes cousines sont toutes belles, grandes et surtout minces, moi je me trouve de plus en plus grosse et moche.Je ne les trouve pas belles parce quelles sont minces, non je tiens à le preciser, mais j'envie cette minceur que je n'ai pas. C'est chaque été à la plage que je le constate: je dois me mettre en maillot de bain mais j'ai trop honte...Je pleure et je n'arrive pas à profiter de ces bons moments... les étés passent et j'arrive toujours chaque année avec du poids en plus. Normal, il parait que je suis en pleine croissance...Je suis potelée, mais ce n'est pas grave, ça ne pose aucun problème de santé, alors ça ne gêne personne, je precise: c'est que mon poids n'a jamais gené qui que ce soit lorsque j'étais plus ronde, c'est MOI que cela gênait/gêne. Et c'est même, contrairement à ce que pensent les gens, quand j'étais maigre que l'on me l'a fait le plus remarquer et que c'etait très désagreable.

Arrivée a 13 ans, je ne me supporte plus. Je me baigne avec un short et un tee shirt: je prefere qu'on me regarde en se posant des questions plutôt qu'en critiquant cet énorme ventre qui me fait tant pleurer. La douleur est grande, intense, poignante... Je ne m'accepte pas, je me sens grosse et moche, ce sont des mots bêtes et simples mais c'est aussi clair que cela. Tout tourne autour de ce probleme : j'ai un gros ventre donc je suis nulle, je ne suis rien, je suis moche, je suis bête, je suis égoiste, enfin bref, je me trouve tous les défauts de la terre parce que j'ai un gros ventre. Or c'est idiot ! Mon raisonnement était totalement faux, erroné: il n'y a pas de relation entre le poids que l'on fait et l'intelligence que l'on a... Ca saute aux yeux de tous, mais moi c'est dans ce raisonnement que je suis entrée. Si je suis mince, ce à quoi, pour moi je ne suis jamais arrivée, alors que le poids parlait de lui meme, et bien tout va bien. Si j'ai pris ne serait-ce qu'un gramme, tout va mal. C'est une logique dans laquelle je ne souhaite à personne de rentrer. Surtout pas, c'est très dangereux... !!!!

C'est vrai qu'à l'époque j'étais ronde. Et alors me direz-vous, ça n'est pas un crime!! Encore une fois où serait le problème tant que ma santé n'est pas mise en danger ? Quand je revois les photos ca me fait mal au coeur... Puis je suis "la grosse" de la famille, quand on se réunit je me sens toujours "la nulle", "la ratée", ma mère n'arrête pas de s'énerver contre moi et de me répêter que mes cousines, "elles ne feraient pas ceci", "pas cela", ... (mais je sais qu'aujourdhui elle s'en veut car jamais elle n'a voulu que je ressente les choses comme ça). Or moi je le ressens comme un rejet, et encore une fois, je focalise sur : je suis grosse alors qu'elles sont minces, DONC cest ça le probleme. Alors que vous vous en doutez, ça n'a rien a voir ! Le problème, que je réalise aujourd'hui, c'est que j'associe minceur à perfection. Or on ne sera jamais parfait, c'est impossible et c'est du domaine du rêve, du fantasme... Et on peut être mince et être loin d'être parfaite... Tout comme on peut être ronde et être plus proche de la perfection que d'autres... Et puis qu'est ce que la perfection ??? Est ce vraiment un atout à avoir ? Je disserterais bien la-dessus mais je vais vous ennuyer lol..

Au même moment, j'entre dans un nouveau college, dans un quartier chic et riche alors que j'habite moi, la petite flo en banlieue. Je m'adapte bien, même si ça n'est plus pareil que mes années précédentes à l'école municipale. Les mois passent et j'ai des amis, mais je me sens mal à laise.
Et je mange comme quatre. Je me souviens que le matin je mangeais normalement, mais le midi je prenais toujours des cochonneries avec deux plats de pates (je vais tjs me reservir), et quatre desserts sucrés. Quand j'y repense je me dis qu'après tout en pleine croissance, c'était pas SI enorme.. C'était de bons repas bien complets, un peu trop quand même. Mais c'était pas une catastrophe, et surtout j'avais très faim. Normal a à l'adolescence, et puis je me depensais beaucoup, je faisais plein de sport, et j'étais tres dynamique...
Paralléllement j'ai des problèmes dans la famille, et j'ai 14 ans, une peur m'envahit suite à un choc: celle que ma mère meurt dans un accident. Je passe mes journées à la supplier de ne pas me quitter, de m'emmener avec elle à son bureau, et de ne pas aller en cours. Je pleure, je passe mes journées à l'infirmerie, à réclamer ma mère au téléphone. Je suis tétanisé et obmnibulée par cette frayeur, c'est une réelle angoisse de chaque seconde.