Respecter les contraintes biologiques :

L’amaigrissement est une étape transitoire dans la vie, mais il faut aussi composer avec toutes les composantes biologiques naturelles. Ainsi divers phénomènes biologiques peuvent interférer avec le programme que l’on s’est établi, mais il faut absolument les respecter. On peut trouver dans ces phénomènes : la période menstruelle, la prise de certains médicaments ou sirops, le stress, les émotions, un poids auquel on a longtemps stabilisé par le passé ou encore un manque d’activité physique depuis longtemps.
Il est évident que tout changement entraîne des conséquences, elles seront parfois positives, parfois négatives. Le principal est d’en tenir compte et de ne pas baisser les bras dès qu’il y a un obstacle.
La motivation est nécessaire !

Garder le bon rythme :

Il est essentiel que chaque repas soit un plaisir et non une contrainte.
Cela commence par savourer un bon petit déjeuner, essentiel pour éviter les fringales de 11h, et se termine par un dîner plus léger que le déjeuner afin que la digestion se fasse au mieux et que le sommeil soit de bonne qualité.
Les collations sont elles aussi nécessaire pour pallier aux fringales. Une collation c’est un fruit, un yaourt, des céréales dans l’idéal.

Le rythme alimentaire doit être maintenu. Il ne faut pas sauter de repas, jamais. Même après un repas très copieux, quitte à ne manger qu’1 yaourt ou 1 fruit, car cela permet d’éliminer plus rapidement les excès du repas précédent. Si on ne mange rien, l’organisme va conserver tout ce qu’il a emmagasiné et la perte de ce surplus sera plus longue (3/4 jours).

De la même manière, l’eau est essentielle car elle permet de drainer les toxines. Une fois les toxines éliminées, l’élimination des graisses en est plus facilitée.

Boire :

Comme je le disais précédemment, l’hydratation est un acteur complet de la perte de poids. Il est donc essentiel de boire 1.5 à 2l d’eau par jour.
Pour cela, il faut se créer des réflexes. Par exemple, on peut se dire qu’on boit un verre plein après être allé aux toilettes, avant chaque repas…
Si ces reflexes ne sont pas faciles à intégrer, vous pouvez programmer un minuteur toutes les heures ou encore laisser une bouteille d’eau en vue, l’emmener partout avec soi, en mettre à chaque endroit où vous allez le plus souvent.
Certaines personnes boivent plus facilement à la paille, donc n’hésitez pas à essayer !
Les infusions, thé, tisane sont aussi un bon moyen d’ingérer la quantité d’eau nécessaire à notre organisme.

Par conséquent, n’oubliez pas que pour bien éliminer, il faut boire… de l’eau !

Manger lentement :

Comme nous le disions plus haut, les repas doivent être des plaisirs et non des contraintes. Il faut apprendre à apprécier et convoiter ce que l’on va manger.
Ainsi avant de commencer son repas, il est nécessaire de prendre le temps de déguster du regard son plat.
A chaque bouchée, il faut se demander si c’est bon et analyser les aliments, leur texture, leur gout (amer, sucré, salé, acide, fondant, doux…).
Une autre astuce consiste à reposer ses couverts et à compter jusqu’à trois après chaque bouchée.
Cela permet au cerveau de recevoir les bonnes informations et de faire durer le plaisir du repas 20 minutes, ce qui est le temps que met le cerveau à comprendre le message de satiété envoyé par l’estomac.