Mon histoire

Venez partager votre vécu, sans peur du jugement et avec une seule idée en tête: ensemble c'est plus facile!

Modérateurs : Modérateurs, Super Coach

Répondre
Lueur
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 1
Enregistré le : 10 nov. 2016, 21:47
Où avez vous connu ce site ? : google

Mon histoire

Message non lu par Lueur » 10 nov. 2016, 22:11

Bonjour à tous,

Je prends mon courage à deux mains afin de tenter de mettre des mots sur la souffrance que je ressens au quotidien. Je suis une jeune fille de 23 ans. Mes troubles alimentaires se sont révélés lorsque j'ai pris 10 kilos sur mon poids habituel qui est de 54kg. Faisant 1m70 et ayant toujours été mince, cela m'a vraiment tourmenté. Très sportive, j'ai donc souhaité reprendre une bonne hygiène de vie après cette première année d'étudiante, (fête, alcool, mcdo et compagnie = très mauvais ménage). Je faisais alors du running 2 fois par semaine avec des petits exercices de renforcement musculaire à la maison. J'avais donc repris le contrôle de ma vie en me sentant bien dans ma peau. Suite à cela, je suis retombée à 53kg. C'était parfait, je me faisais plaisir, j'étais toujours gourmande, je ne culpabilisais pas un instant.

Mais tout cela n'était que le calme avant la descente aux enfers.

Je ne saurais pas vraiment dire à quel moment j'ai commencé à faire de réelles restrictions. Mais aujourd'hui, je pèse 45 kg. Mon anorexie cohabite dans mon corps. Je pense à la nourriture nuit et jour. Je compte tout pour chaque aliment. Il y a quelques mois, je me faisais encore plaisir de temps en temps mais maintenant mon anorexie à trouvé une amie. La boulimie. Je mange. Mais seulement des aliments qui ont peu de chance de me faire prendre du poids. Mais l'anxiété actuel engendre le fait que je me fais vomir à tous mes repas. Le piège mécanique. Si je crise, cela sera que sur des aliments ''sains" ( muesli, avoine, fruit (a outrance parfois), pain complet... etc) et je me fais quand même vomir. En ce moment,je pense à vomir avant même d'avoir manger. C'est un cercle infernal mais en dehors de crise de boulimie, juste un repas, je ne peux plus. Mais bizarrement ce n'est pas pour vouloir perdre du poids, juste que tout cela me dégoute, comme mon corps que je vois réellement s'amaigrir. Je ressemble à une petite fille chétive et fragile. Et pourtant je vais à la salle de sport tous les matin pendant 2h minimum.

Nous y voila, le sport....

Il me permettait de me sentir bien et maintenant c'est seulement pour éliminé ce que je mange ( quantité normal mais très pauvre en matière grasse glucide etc). 1h de cardio à chaque séance lancée à 13km/h et une séance de musculation. Quelque part, c'est le seul moment où je ne peux pas faire des crises, penser à la nourriture ou à la balance. C'est un 2 en 1. Mais rien de bon pour mon corps. Il n'a plus aucune forme. Pas de hanche, ni de poitrine, des cuisses de grenouille. Un tas de muscle car je sèche et l'on voit que cela.

Ma mère est ma meilleure amie dans cette maladie qui dure depuis 4 ans. Je me considère comme anorexique depuis cette année suite à une prise de conscience. Le psy ne m'aide pas forcément car on se sent souvent incomprise. J'aimerais retrouvée les plaisirs simples de la vie. Cela m’empêche de m'ouvrir aux autres, d'être avec un garçon. Mais l'idée de prendre du poids me fait peur. Ce n'est pas pour répondre à des critères de beauté. Mais c'est un rejet intérieur de moi même. Le regard des gens m'importent peu car certains me fixent par moment mais ca m'importe guère. C'est psychologique même si c'est peut-être partie de la prise de poids. Mais je ne pense pas que cela soit la souche réelle même du problème car étant plus jeune, j'ai eu des soucis avec ma sexualité. Peu de contrôle avec les garçons. Enfin je ne souhaite pas avoir un retour sur ces soucis psycho. Je vais aller à l'hopital me renseigner pour les aides qu'il propose car je ne veux pas me réveiller dans 5 ans me disant que je n'ai absolument pas vécu cette partie de ma vie car j'etais la à reproduire la même journée en vain. Je pense que réactiver ma vie, avoir un boulot suite à mes études (même si je bosse en tant que serveuse tous les weekends), trouver l'amour me permettrait de réapprendre le gout de la vie. C'est une éducation qui doit se faire doucement.

Je ne souhaite à personne ce calvaire qui résume ma vie à (car année etudiante à distance pour valider mon mémoire de master) = sport, faire des courses, manger, vomir, refaire des courses, manger vomir. Ou sport, faire des courses, manger très très sain à chaque repas sans vomir. Tout cela entraîne des insomnies atroces.

Merci de m'avoir lu.
Bon courage à toute.

Répondre