De la vie à la mort...

Zermatti, Apfeldorfer, MBO, défi santé...

Modérateurs : Super Coach, Modérateurs

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 15 oct. 2011, 22:18

Bonjour, je suis maman de deux enfants agés de 13 ans et 9 ans. Tellement heureuse de voir grandir mes enfants. Il y a 2 ans et demie j'ai faillit perdre la vie suite à un anneau gastrique. J'ai vécu 3 ans avec celui-ci, j'ai perdu 49 kilos. C'était difficile certes mais j'avais retrouvé ma silhouette d'avant (kilos pris à la suite de l'arret du tabac et de mes grossesses). Mon seul conseil, bannissez l'anneau. Si aujourd'hui vous voulez recourir à ce genre de pratique, abandonnez cette idée.

otnielygos
Pousse de carotte
Pousse de carotte
Messages : 4512
Enregistré le : 14 avr. 2011, 00:02
Où avez vous connu ce site ? : google
Localisation : Landes

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par otnielygos » 16 oct. 2011, 01:44

:oops: ton message est percutant...
surtout qu'il arrive alors que quelques unes de nos amies sont en pleine réflexion pour cette opération...

Bienvenue !
pourrais tu nous expliquer plus longuement ce qui s'est passé pour toi ?

:smile:
Chrono nutrition 1,63 m - 66 ans
88 kg le 4.4.11- IMC: 33.12 Obés.
83 15.6 / 79.7 12.9 / 78.9 15.9 :IMC 29.7= surpoids / 78.3 26.9/77.5 20.10/79.2 1.11/80.7 14.11/79.0 27.11/ 78.4 10.12/ 78.6 30.12 /
77.6 9.1.12 / 76.8 20.1 / 76.4 14.2 / 75.4 27.2 / 74.7 1.4. !!
on repart après problêmes santé et année 2013 difficile ! : 15.4.2014 = 88,5/ 9.5=86.9
Image

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 16 oct. 2011, 12:44

Bonjour, je prends à l'instant connaissance de votre message . Nous sommes attendus chez des amis donc je ne peux prendre plus de temps afin de vous expliquez mon parcours mais je vous promets de me reconnecter demain afin de vous faire par de cette épreuve catastrophique . SVP dissuadé ces personnes que vous connaissez qui souhaitent cette intervention . Je ne les connais pas mais ne souhaitent à personne ce que j'ai vécue sans parler des conséquences désastreuses qui me rappellent au quotidien que plus rien ne sera comme avant. Bon dimanche à vous .

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 17 oct. 2011, 19:19

Bonjour, je reprends le fil de ma conversation. Donc début septembre 2005, je prends rendez-vous chez un chirurgien spécialisé dans les maladies digestives et de l'obésité. Cet homme m'est recommandé par mon médecin traitant. Ce chirurgien est grandement connu. J'entame donc le parcours que toute personne doit faire avant la pose d'un anneau gastrique. A savoir rencontre bien sur avec le chirurgien,ensuite visite chez un psy afin que celui-ci s'assure que la personne est consciente de la démarche qu'elle entreprend puis ultime étape, visite chez l'anesthésiste . Toutes ces personnes rencontrées travaillent en collaboration avec mon chirurgien dans le domaine du secteur privé. Bien entendu, une prise en charge auprès de la Sécurité Sociale est nécessaire car ce genre d'acte est accepté uniquement si jugé indispensable par celle-ci. Pour ma part, j'accuse 127 kilos sur le pèse-personne pour une taille de 1m 78 . De part mon indice de masse corporelle, je suis à ce moment en situation d'obésité morbide . La date d'intervention est fixée : début janvier 2007. Je suis heureuse, aucune appréhension... Je rentre la veille de l'intervention et en ressort le lendemain. Voilà, c'est fait ! Avant ma sortie, le chirurgien m'explique avoir fait le nécessaire et qu'il me reverra en consultation d'ici début Mars afin de s'assurer dans un premier temps que mon corps accepte ce corps étranger et ce ne sera qu'à partir de là qu'il resserrera mon anneau . Très bien, je suis sur la bonne voie . Comme convenu , je le retrouve au cabinet début Mars. Là, il injecte dans un petit boitier situé en- dessous de mon sein gauche du sérum physiologique qui va faire son petit chemin jusqu'à l'anneau afin de le resserrer. Geste quasiment indolore qui s'effectue en 10 secondes. Je vais enfin perdre mes kilos et retrouver ma silhouette d'antan . Une grande joie !!! Oui , je maigris. Chaque trimestre, je me rends au cabinet. Là, je suis pesée et bien sur mes kilos fondent ... Cependant, il est très fréquent que je retourne le voir le lendemain du resserrage car plus rien circule dans mon oesophage. Boire une tasse de café devient impossible. Seulement un quart de celle-ci à lentes gorgées et me voilà entrain de vomir le peu absorbé avec en bonus l'accumulation de salive !!! Donc c'est très fatiguée que je retourne le voir afin qu'il ote par le biais de sa seringue en repiquant dans le boitier quelques millilitres de sérum phy . Durant 3 ans les choses se déroulent ainsi . Ce n'est pas facile, mais le résultat est là : j'ai perdu 49 kilos . Je suis fatiguée bien sur, je me sens comme une plume au vent mais je retrouve ma silhouette perdue. Cependant, ce que j'étais loin d'imaginer arriva malheureusement . Paques 2009, les enfants sont en vacances scolaires et en compagnie de ceux-ci et de mes parents nous partons pour une semaine de détente en Espagne à l'hotel . Mon mari travaille donc, c'est sans lui que nous partons. Départ le samedi matin, je vous précise toutefois avoir l'avant veille rencontré mon chirurgien avec qui nous avons parlé de ma prochaine intervention devant se faire à l'automne afin qu'un de ses collaborateurs spécialisé dans la chirurgie plastique me refasse le ventre car j'ai un excès de peau important . D'autre part celui-ci ne peut que constater que la pose de cet anneau est une réelle réussite et d'ailleurs me le dessert car j'ai vraiment très bien maigrie . Le trimestre précedent, sa secrétaire m'avait d'ailleurs demandé si éventuellement j'étais interessée pour animé un groupe de paroles auprès de personnes désireuses de suivre un parcours simIlaire au mien. Pourquoi pas ? J'aime dialoguée . En fait rien de cela ne se fera, demain je vous expliquerai pourquoi . Je vais préparer mon repas, les enfants ont école demain . Mon devoir de mère m'appelle !

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 17 oct. 2011, 19:22

Erreur, opération janvier 2006 et non 2007

vampirella
Modératrice
Modératrice
Messages : 8120
Enregistré le : 12 juin 2011, 09:08
Où avez vous connu ce site ? : google
Localisation : dans ton Q! mouaaaaaaah!!!

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par vampirella » 17 oct. 2011, 19:33

très prenant ton histoire et j'ai surtout hâte de comprendre ce qui est arrivé ensuite.
Je pense que ton post intéressera imen qui avait pensé à l'anneau avant de se désister!
hâte de te relire demain... ce n'est pas une méthode anodine et avoir des témoignages c'est plus qu'important pour ne pas faire les erreurs soit même!

Imen.B
Cocktail biberon
Cocktail biberon
Messages : 3021
Enregistré le : 02 mars 2009, 13:09
Localisation : Là où toi tu n'y est pas!!

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par Imen.B » 18 oct. 2011, 06:27

Coucou!!!

C'est moi la personne dont vampi en parlait dans le post d'avant. Oui j'y ai pensé, j'ai fais beaucoup de demarche.. Et après avoir pris rendez vous chez l'anesthesiste et le chirurgien, je me suis rendue compte que l'anneau c'etait vraiment pas pour moi! J'ai parcourus des blogs, etfranchement sa me choquait pas le vomissement mais c'est surtout la mort.. Sensation d'etouffement! Je tiens trop a ma vie et à mon amoureux donc j'ai tout arreté!
Sans reflechir meme! Hate de lire la suite! Même si je le souhaite a personne!
Gros bisous
:love8:
LSDP le 10/03/2015
Image


OBJECTIF : Perdre 10 kilos d'ici cette été.

Récap : 10/03 : 83.2 ; 17/03 : 80.6 ; 24/03 : 79.6 ; 31/03 : 79.2Kg ; 08/04 : 78.1 Kg ; 14/04 : 77.6 ; 21/04 : 76.5Kg et 28/04 : 75,3 kg

Mon nouveau JDB c'est par là!

YES, WE CAN

Avatar du membre
Myrtille2011
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 22
Enregistré le : 18 oct. 2011, 15:11
Où avez vous connu ce site ? : Google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par Myrtille2011 » 18 oct. 2011, 15:24

Brrr... ça fait froid dans le dos d'imaginer la suite...
Merci de ton expérience!!
:love1:
Image

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 18 oct. 2011, 23:53

Nous voilà en Espagne!!! Nous sommes venus en voiture et avons nos habitudes dans cette station balnéaire. Toutes les années pour les vacances de Paques, mes parents, mes enfants et moi nous y rendons. Le dimanche (lendemain de notre arrivée) je me sens fatiguée mais bon , les kilomètres de la veille, la fatigue liée à cette perte de poids font que je ne m'inquiète pas plus que cela. Il est vrai que je mange très peu mais bon, c'est comme ça depuis très longtemps. Le lundi est semblable au dimanche, fatiguée je me dis c'est le fait de décompresser. En effet, je n'ai pas le meme rythme que pendant le temps scolaire . Cependant, le peu que je parviens à absorber ressort en vomissement mais là aussi, c'est fréquent. Toutefois, des diarrhées s'installent mais la semaine avant notre départ les enfants ont pris une gastro-entérite donc ayant amené dans mes bagages de l'imodium au cas ou et bien j'en prends afin d'endiguer les diarrhées . Le mardi, je me rends dans une pharmacie voisine, me pèse et là, la balance affiche 3 kilos en moins. Cela fait beaucoup, en 5 jours et je me sens faible . Mes parents conscients de ma fatigue s'occupent des enfants, ils les promènent afin que je puisse me reposer . Mon fils a 11 onze ans, ma fille 7 ans . Au quotidien, mon mari m'appelle au télèphone et se rend compte que je ne suis pas bien . De mon coté, je tente de le rassurer . 570 kilomètres nous séparent , je ne veux pas l'inquiéter , à quoi bon. Les choses vont rentrer dans l'ordre. J'essaie de m'en persuader. Le mercredi matin, j'ai des remontées gastriques très intenses . Je préfère ne pas en parler à mes parents ,pourquoi les inquiéter d'avantage? mais je prends conscience que rien ne va en s'arrangeant... Je prends la décision d'appeler la secrétaire de mon chirurgien. Là je lui fais part de cet état qui s'est installé et lui demande de préparer une chambre car je sens qu'il y a une anomalie . Celle-çi me dit : de toute façon, votre chirurgien ne sera pas rentré avant lundi prochain donc... Peu importe, je lui dis : " un de ses collaborateurs me prendra en charge, il faut absolument que je rentre,je ne me sens pas bien, quelque chose ne tourne pas rond ... Je fais part de mon intention à mes parents et aux enfants . Nous allons écourter notre séjour, c'est préfèrable . Je veux regagner la France . Mon mari me télèphone et lui fais part de ma décision . Il s'inquiète énormement et se demande comment je vais pouvoir faire ces kilomètres, il souhaite que mon père conduise . Mais mon père n'est plus tout jeune et n'a jamais conduit mon véhicule, il ne se sent pas capable de le faire . Mon mari propose une alternative, se faire descendre par un collègue qui lui me remontera et lui de son coté ramènera parents et enfants . Je m'énerve, je vais parvenir à rentrer, je vais rassembler le peu de force qu'il me reste, il le faut . A l'heure du diner, parents et enfants descendent en salle de restauration . Je ne les accompagne pas, c'est inutile je ne peux plus rien avaler . Je vomis ma salive qui s'accumule dans mon oesophage, je remarque d'ailleurs des traces brunatres dans cette salive. Je suis épuisée, j'essaie tant bien que mal à rassembler les vétements afin de plier bagages, demain nous partirons... Mon mari me rappelle, il est extremement inquiet, il sait que je suis dur avec moi-meme et puis il sent que ma voie est faible , je tente de le rassurer il sera bientot à mes cotés, je vais rentrer... Cette année, à l'hotel j'ai demandé 2 cartes de chambre ainsi mon fils peut rentrer de lui-meme . Il est raisonnable, mature, je peux lui faire confiance. Après le repas, mes parents ont emmenés les enfants assister à une animation à l'hotel comme il y en a chaque soir. Moi , en chambre ressent le besoin d'aller au wc, je suis horriblement faible et me cramponne au mur pour me rendre à la salle de bains. Ensuite, je tente de retourner au lit et comprends que cela m'est impossible. Mes jambes se dérobent, je me souviens avoir pris ma tete entre mes mains pour amortir le sol marbré de la chambre . Je reviens à moi, j'ai une jambe sous le lit l'autre sous le bureau incapable de me lever je suis à terre . Je ne sais combien de temps je suis restée ainsi, plus de trente minutes c'est certain, c'est flou. Je revois la porte de chambre s'ouvrir , mon fils est terrifié de part la vision et descend chercher du secours, ma fille hurle "maman! maman! maman est morte! Ma mère est paniquée, mon père était remonté un peu plus tot afin de se coucher car un an auparavant il avait été frappé par un infarctus et depuis assez fatigué. Je revois le directeur de l'établissement rentré dans la chambre accompagné d'une ou deux autres personnes , les pompiers arrivent, la tension est prise. Elle est inférieure 6 ! Dans un français approximatif, on me demande si je n'ai pas pris de drogue: non, ce n'est pas le cas. Il est difficile de me descendre sur un brancard, les couloirs sont exigus c'est donc sur une chaise que l'on va tenter de m'assoir . Mon pouls est de plus en plus faible, ma respiration est défaillante, on me met sous oxygène, mon corps ne tiens pas sur cette chaise, ma tete balance . Un corps inerte,ceinturée sur un genre de fauteuil roulant je suis descendue par les pompiers. Un camion ambulance m'attend, sirène hurlante je suis dirigée sur la clinique de Blanès. Là- bas, sur un brancard dans un couloir, une infirmière me pose des questions, je suis épuisée meme bien plus que cela, je me sens au bout du rouleau. Je ne comprends pas tout, quelques mots d'espagnol mais de plus nous sommes en Catalogne et le catalan est d'usage. Je suis dirigée dans un box, c'est clair, tout blanc, ces néons donnent une lumière artificielle, l'impression d'etre dans un autre monde . Je tente de faire comprendre que j'ai un anneau gastrique, une infirmière comprend un peu notre langue mais mon état est tel que j'ai très peu de force pour tenter de me faire comprendre . Rapidement prise en charge, analyses sanguines... A l'aspect de mes muqueuses je suis déshydratée à 80 % , je ne le saurai que plus tard par le biais d'une interpretre dépéchée dans le service. Ma pauvre mère arrive, elle est venue en taxi. Elle non plus ne parle pas l'espagnol ou le catalan . Mon père est resté avec les enfants à l'hotel . Il est environ 1 heure du matin, elle repart au bout d'un certain temps désemparée . Elle ne peut rester, il faut rentrer afin de tenter de rassurer les enfants et puis que peut-elle faire ? Je passe la nuit dans ce box sous perfusion , toute la nuit durant je ne peux dormir . Sans cesse des gens arrivent en urgence : tentative de suicide, overdose... Les box sont séparés par des rideaux (genre rideaux de baignoire) la personne qui est à coté de moi fait une overdose, lavage d'estomac, hurlements, insultes . L'homme refuse de se laisser intuber apparament, il vomit ça dégouline contre le rideau; J'ai peur! Où suis-je ? Le lendemain matin je suis dirigée en soins intensifs, les analyses sanguines pratiquées toutes les 3 heures sont catastrophiques, mon état ne cesse d'empirer. Une église non loin, nous sommes jeudi Saint, les cloches ne cessent de tinter. Nous sommes en pleine semaine Sainte et l'Espagne est très catholique, de nombreuses processions se font . C'est un signe prémonitoire les cloches s'envolent avant ma mort. Ma mère est auprès de moi, elle est venue en taxi . Elle a télèphoné à mon mari, il sait que je suis hospitalisée . Je veux rentrer en France, j'ai peur, je ne peux me faire comprendre . Meme si l'on ne peut me ramener sur Lyon que l'on me transfert au moins sur Perpignan . Non, c'est impossible je suis en Espagne et l'on doit me soigner là . Je suis intransportable, mon état ne cesse d'empirer. Le chef de service des soins intensifs parle assez bien notre langue et explique à ma mère que c'est très grave et que la clinique n'est pas équipée pour pratiquer des examens complémentaires qui pourraient permettre de savoir exactement ce qu'il se trame en moi. On va devoir me transférer sur le CHU de Girone mais mon état est plus que critique. Mon mari est sans cesse en ligne avec ma mère. Il va se faire descendre par un collègue afin de remonter notre véhicule,nos enfants et mes parents. Il quitte la région lyonnaise, entre temps on m'évacue d'urgence sur Girone. Personne ne sait ce qu'il se passe une douleur violente m'a envahi le ventre et le fait de poser l'index sur mon abdomen m'est insupportable. Pompe à morphine, oxygène, perf de réhydratation me voilà chargée dans un camion ambulance en direction du CHU de Girone . Il faut faire vite, très vite... Il est tard, il fait nuit. Aussitot arirvée au CHU de Girone, on me débarque aux urgences et une quinzaine de personnes gravitent autour de moi, tout va très vite . Je suis dirigée au scanner et là l'examen met en évidence les dégats : l'estomac a éclaté, l'anneau a glissé et bloqué une artère mon estomac n'était plus alimenté en sang. Cela s'appelle un infarctus de l'estomac . Tout s'accélère, je suis épuisée, étourdie par ce monde qui fourmille autour de moi, j'ai peur, la douleur s'est atténuée grace à la morphine cependant je suis bien loin d'etre au bout de mes peines . J'arrete là aujourd'hui, je suis fatiguée. Demain, je vous expliquerai la suite...

Avatar du membre
violette.pipelette
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 42
Enregistré le : 18 oct. 2011, 15:16
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par violette.pipelette » 19 oct. 2011, 15:17

Dis moi, tu l'as échappé belle ça à l'air. Ca fait froid dans le dos ton histoire. Bon courage pour la suite :love1: .
Image

roseline
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 1
Enregistré le : 17 oct. 2011, 11:00
Où avez vous connu ce site ? : autre

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par roseline » 19 oct. 2011, 17:13

oh la la :shock: :shock:

que de souffrances !

Avatar du membre
Myrtille2011
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 22
Enregistré le : 18 oct. 2011, 15:11
Où avez vous connu ce site ? : Google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par Myrtille2011 » 19 oct. 2011, 17:30

:shock: :shock: Oh là là...
C'est inouïe cette souffrance..
Image

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 20 oct. 2011, 16:14

Bonjour, je dispose d'un peu de temps alors je reprends là ma conversation . Donc le CHU de Girone a vu grace au scanner l'ampleur des dégats. Une parade de blouses blanches et vertes gravitent autour de moi, c'est flou, je suis épuisée et je sais que rien ne va en s'arrangeant bien que ne comprenant pas la langue je comprends fort bien que la situation est plus que grave. Toujours sur mon brancard, je suis dirigée dans un couloir où là, l'interprètre revient me voir et m'explique que je dois etre opérée très rapidement car mon estomac s'est rompu mais que je dois signer une décharge car sans celle-ci, le chirurgien n'opèrera pas . Que faire ? La question ne se pose pas c'est soi l'intervention soit la petite mort à grandes souffrances . Aucune hésitation de ma part il faut opérer, on me tend une décharge que je signe mais je suis tellement faible, faible... J'aimerai aujourd'hui revoir cette feuille que j'ai signé, cette signature apposée dans cet état de quasiment morte... Cette signature habituellement assurée de par mon tempérament, là je ne suis plus qu'un bout de légume fané. Je suis à bout de force. Je suis dirigée au bloc opératoire, du brancard on me glisse sur cette table métallique, elle est froide à l'image des murs carrelés qui l'entourent , je me rappelle m'etre dit " toi qui voulait faire tant de choses, élever tes enfants , voyager à travers le monde avec mon mari, je prenais conscience que tout cela se terminait beaucoup trop tot, je voulais tellement faire de choses mais je ne sais si j'étais triste tant j'avais conscience que la vie n'était rien, que celle -ci me quittait. J'ai oublié de vous dire qu'entre tant mes reins s'étaient bloqués entrainant de violentes douleurs elles aussi calmées par la pompe à morphine .Une horloge murale, il était plus de 23 heures, une main apposa sur mon nez et ma bouche un genre de masque et puis plus rien...

marionfleur
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 1
Enregistré le : 20 oct. 2011, 20:21
Où avez vous connu ce site ? : amies

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par marionfleur » 20 oct. 2011, 20:56

coucou,
Je suis nouvelle sur le site et ton histoire est effroyable. Je me sens souvent incomprise face aux médecins. On m'a appris hier que je devais me faire enlever la thyroide, enfin quelque chose de concret! on est presque content lorsque le verdict tombe car il justifie ENFIN l'état dans lequel on se trouve face aux incompréhension de tous.
J'ai ressentie beaucoup de choses similaires à toi et je me souviens m'être posée le même constat ;qu'il était beaucoup trop tôt pour que tout s'arrête lorsque j'ai fait une hémorragie à l'accouchement de Camille, mon 2ème enfant. Tout est allé très vite, tout a tourné dans la pièce, les monitoring bipaient de partout et j'ai entendu une infirmière dire "on la perd", le béant, le noir, plus rien puis une sensation de chaud dans mon cou et l'impression qu'on me faisait revenir, c'était la transfusion. j'étais tellement en colère d'être là , d'avoir mis au monde ma fille et de ne pas avoir la chance de la connaitre... BRrrrr, c'est de l'histoire ancienne, aujourd'hui tout va bien (mis à part une thyroide défectueuse, lol!), vive la vie!!!
J'attends la suite de ton histoire avec impatience, j'adore ta façon d'écrire, on s'y croirait!!!
Image

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 21 oct. 2011, 09:12

Merçi Marionfleur, comme je remercie tous ceux qui prennent le temps de me lire . Toi aussi, la mort a faillie t'enlever alors que ce jour là devait etre un des plus beaux jours de ta vie... Donner naissance, donner la vie alors que tu étais entrain de perdre la tienne... Nous ne pouvons qu'apprécier celle-ci, oh combien !!! Il y a très peu de temps que je suis inscrite sur ce forum mais pour moi expliquer ce que j'ai vécu m'aide quelque part meme si parfois, le fait de se remémorer tout cela me fait mal . C'est difficile, mais quelque part cela m'aidera certainement à aller de l'avant bien que tout ne sera comme autrefois . Je ne peux pour le moment rester d'avantage sur mon ordi, je dois partir mais je reprendrai le clavier dans la journée. A très bientot

Avatar du membre
Lyne
Modératrice
Modératrice
Messages : 3445
Enregistré le : 31 janv. 2005, 22:05

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par Lyne » 22 oct. 2011, 09:08

Malheureusement comme dans d'autres opérations il arrive des choses comme ceci!
Pour connaître bcp de personnes avec un anneau gastrique je peux dire que leurs parcours se sont bien passé!
Je rajouterai même que pour ces personnes là si elles n'avaient pas subit cette opération c'était la mort assuré!
Comme quoi...!
Chaque vécu est différent,le tien a eu des conséquences dramatiques et j'en suis navrée!
Es tu bien remise?l'as tu fait enlevé?
Bizzz

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 22 oct. 2011, 20:14

Bonsoir Lyne, je viens de prendre connaissance de votre message et suis bien consciente que le risque zéro n'existe pas . Cependant, moi aussi ma surcharge pondérale menaçait ma vie... Voilà pourquoi après un grand temps de réflexion et de nombreuses questions que je me suis posée j'ai souhaité en passer par là . Aujourd'hui, certes je suis en vie, cependant plus rien ne sera comme avant car j'ai des séquelles importantes qui font que le quotidien me ramène à ce qui s'est malheureusement passé . Mon but est simple : épargner à des gens qui me sont inconnus de passer par là où je suis passée car dans mon malheur, j'ai la chance d'etre en vie alors que d'autres personnes sont décédées à la suite de pose d'anneau gastrique . Certes ceux-ci ne peuvent témoigner là où ils sont!!! Et il faut savoir qu'ils sont très nombreux , contrairement a ce que l'on pourrait imaginer . Je tiens cela de source médicale !!! Les problèmes sont malheureusement très fréquents, mais vous savez les gens ont une certaine fierté qui fait que les nos dits sont fréquents . Dans mon entourage, seules quelques personnes savaient que j'avais un anneau gastrique . Les gens "normaux" ne connaissent pas les souffrances de la personne en surcharge pondérale, en obésité morbide... Non pour ceux qui n'ont pas ce problème il est difficile de comprendre cette démarche... Donc hormis mari, parents et enfants les autres ne savaient pas . A quoi bon ? Les critiques sont faciles donc il faut rester discret . Chacun à ses soucis... A ce jour, je n'ai plus d'anneau et dissuade celui ou celle qui pense éventuellement à ce genre d'intervention. De part mon vécu, je m'en suis faite une mission. Que vos connaissances ayant aujourd'hui un anneau restent très prudentes, mon conseil serait d'ailleurs qu'elle se le fasse enlever car malheureusement ce qui m'est arrivée peut à elles aussi leur arriver. Cela n'arrive pas qu'aux autres...

Avatar du membre
Lyne
Modératrice
Modératrice
Messages : 3445
Enregistré le : 31 janv. 2005, 22:05

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par Lyne » 22 oct. 2011, 20:46

J'ai bien compris ton message et merci d'avoir apporté ton témoignage!
Et au vu de ce que tu as vécu je me doute que tu déconseille à 100 % cette opération!
Je confirme aussi que le faite d'avoir des vomissements est un premier signe d'alerte!il est d'ailleurs conseiller fortement de joindre son chirurgien pour faire vérifier si il n'y a pas eu un glissement de l'anneau!(avec un TOG).
Une de tes phrases m'interpellent:"Cependant, le peu que je parviens à absorber ressort en vomissement mais là aussi, c'est fréquent" !je m'interroge car logiquement lorsqu'on vomit c'est que l'on est trop serré!jamais au grand jamais avec la pose d'un anneau on ne doit vomir!sinon on court droit à un glissement.
Et tu as raison de dire que les personnes étant anneautés et bien qu'il faut tout simplement qu'elles soient vigilantes et qu'elles suivent à la lettre le protocole et qu'au moindre soucis ou au moindre doute qu'elles joignent le personnel qui l'a suivi!
Mais euh navrée de me répéter il y a aussi des réussites.
J’espère que le temps apaisera ta douleur moral et physique!
Bonne soirée

Avatar du membre
girone
Fantôme curieux
Fantôme curieux
Messages : 19
Enregistré le : 15 oct. 2011, 14:38
Où avez vous connu ce site ? : google

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par girone » 23 oct. 2011, 09:58

Les jours se sont écoulés... Opérée en extreme urgence dans la nuit de vendredi à samedi, je me suis réveillée le lundi soir... J'ai souvenir d'avoir été surprise, enfin ce n'est pas vraiment le terme approprié... Une impression très bizarre, un retour à la vie plutot, dans ma tete c'est cotonneux, c'est flou... 5 ou 6 personnes sont présentes, elles me sourient, semblent très gentilles, parlent à voix basse mais je ne comprends pas et puis ai-je envie de comprendre ? Je me sens tellement ailleurs, si lasse, je regarde ce qui m'entoure, je découvre... Je suis en vie . De nombreux appareils m'entourent, l'assistance respiratoire vient d'etre enlevée, je suis toujours sous électro-cardiogramme, des perfusions passent dans ma main gauche, dans le bas de mon cou d'autres perfs. Une sous-clavière a été mise en place, et directement dans mon coeur sont envoyés des perfs . Une infirmière parlant le français vient à moi et m'explique que je suis en soins intensifs, qu'elle vient d'appeler mon mari en France afin de lui annoncer mon réveil . Elle m'explique que tous les jours, il est venu me voir mais que si il n'est pas là maintenant c'est tout simplement qu'aux soins intensifs les visites sont réglementées . 30 minutes matin, 30 minutes le soir... Maintenant, je vais etre sortie des soins intensifs pour etre mise en chambre . Quelle épopée ! Un genre de hamac, de harnais arrive, le tout équipé de télécommande à distance... Le personnel me glisse sous le corps cette toile et de mon lit réservé à ce secteur, on me dépose dans un lit médicalisé afin de me dirigée vers un autre service. Quelle aventure, j'avais tellement peur de chuter, je ne touche pas mon ventre, je suis ailleurs, cela me semble irréel, l'impression de sortir d'un nid, un retour à la vie ... Une résurrection . A bientot pour la suite, aujourd'hui je fatigue, il est difficile de se remémorer cela, ces moments tellement difficiles mais le fait de vous en parler va peut-etre m'aider. C'est peut etre une thérapie que j'ai engagée, le fait de m'exprimer va peut etre m'aider. A bientot!

Avatar du membre
Lyne
Modératrice
Modératrice
Messages : 3445
Enregistré le : 31 janv. 2005, 22:05

Re: De la vie à la mort...

Message non lu par Lyne » 23 oct. 2011, 10:08

Bonjour Girone
Après concertation avec l'équipe de modérateurs nous déplaçons ton post dans cette rubrique car nous sortons à présent du cadre de la rubrique"présentation"!
Bon Dimanche
Lyne

Répondre