Quand un régime amaigrissant déçoit, les femmes qui s’y astreignent réagissent souvent par des troubles alimentaires qui ne font qu’aggraver leur cas. Au cours du Congrès international de l'association nord-américaine pour l'étude de l'obésité (Californie), la psychiatre Leslie Womble a expliqué comment les femmes fondaient des espoirs démesurés qui étaient finalement déçus. Lors d’une étude menée auprès de 53 femmes, la psychiatre a constaté que les patientes espéraient perdre jusqu’à 28% de leur poids, alors que le médecin avait prédit 5 à 15% de perte du poids total. Après plusieurs mois de lutte contre les kilos, les femmes ont souvent des crises de découragement et abandonnent leurs efforts. En France, lors du congrès « Femme et Nutrition », des spécialistes ont également souligné que l’obsession de la minceur conduisait beaucoup de femmes à faire des régimes alors qu’elles n’en avaient pas besoin. Résultat : le plaisir de manger se perd, remplacé par des troubles du comportement alternant boulimie et anorexie.

- Source:Le Nouvel Observateur - 3 Novembre 2000


Retour à la liste des articles